Le 17 février 1916, les premières lignes reçoivent 8 boîtes à mitraille et 2 grenades à fusil ainsi que 20 obus de 105 qui provoquent des éboulements.

En riposte nous tirons 5 torpilles (canon de 58) et 18 obus de 37 ainsi que 6 feux de salves sur des travailleurs situés à 100 m à l'Ouest de l'Allée verte.

Dans l'après-midi, on peut observer à la suite d'un tir de torpilles une flamme de 4 m de hauteur chez l'ennemi.

Les 18 et 19 février les échanges d'artillerie se poursuivent, provoquant la destruction d'un des canons de 58, l'obstrution d'un tunnel dans nos lignes et quelques éboulements en première ligne.

Le 18, les Allemands chantent dans la tranchée en face de Beine-Sillery.


Le 20 février, le Sergent CAMUS de la 20è Cie est blessé aux mains par des éclats de balle.