A la date du 10 mars 1916, le JMO du 347è indique :

[...] L'Aspirant DE ROUCY, élève de l'école de St Cyr, est promu au grade de Sous-lieutenant.[...]

Son nom apparaît précédemment avec le grade Sous-lieutenant à différentes reprises.

Par chance un dossier à son nom figure dans la base Léonore.

Celui-ci va nous en apprendre un peu plus. Tout d'abord qu'il fut fait Chevalier de la Légion d'honneur le 31 décembre 1915 et qu'il était titulaire de la Croix de guerre avec palme. Mais qu'il est aussi décédé le 12 octobre 1916.

Ses états de service figurent dans le dossier, ainsi qu'un avis de décès.

François DE ROUCY était né en 1894 à St Mihiel (55). Il s'était engagé volontairement le 10 août 1914 et fut affecté au 39è RI.
Nommé Sous-lieutenant le 5 décembre 1914, il passe au 28è RI. Il arrive au 347è le 2 janvier 1915. Il est nommé Lieutenant le 24 juin 1916.

Le régiment étant dissous, il passe au 245è RI, où il décède des suites de ses blesures le 12 octobre 1916.

Cité une première fois à l'ordre du régiment le 27 mai 1915 :

A fait preuve de hardiesse et de [réflexion] au cours de reconnaissance en cherchant à attirer des patrouilles ennemies en dehors de leurs lignes pour faire des prisonniers. n'ayant pu les faire sortir s'est avancé résolument avec un seul soldat, a franchi le réseau de fil de fer ennemi et est allé jusqu'à la tranchée d'où il a rapporté des renseignements précieux.

Il fut blessé une première fois le 23 novembre 1915 devant Reims, il eut les deux cuisses traversées par balle.

Il reçut la citation suivante à l'ordre de la 52è DI cinq jours plus tard :

Officier qui s'est fait remarquer par son entrain, sa bravoure, sa hardiesse qu'il a montrée au cours de nombreusses reconnaissances qu'il a menées jusqu'au contact des lignes ennemies. A été blessé aux deux jambes par une balle lors de la pose d'un réseau de fil de fer à courte distance de l'ennemi.

Le 31 décembre 1915 il reçoit la Légion d'honneur :

Jeune officier arrivé au front en janvier 1915 et qui s'est affirmé de suite comme doué des plus belles qualités militaires. Énergique, audacieux jusqu'à la témérité, toujours en tête de ses hommes pour les patrouilles les plus périlleuses. Son exemple et sa fermeté en ont fait un chef de section hors ligne. Blessé très grièvement le 23 novembre 1915.

legion_1

Blessé une seconde fois par éclats d'obus lors des combats de Thiaumont le 7 juin 1916.

Le 2 juillet 1916 il est cité à l'ordre de la Brigade :

Jeune officier possédant de réelles qualités militaires, d'une bravoure sans pareil. A pris le commandement de sa compagnie dans des circonstances difficiles. L'a ramené sur une position sous un violent tir de barrage d'obus de tous calibres. L'y a maintenu. Blessé à la tête.

Blessé une nouvelle fois le 7 octobre 1916 à l'Alsacienne près de Thann par balle, il décède le 12 octobre 1916 à l'ambulance 12/7 à Moosch (68).

de_roucy

Il était âgé de 22 ans.

Une dernière citation à titre posthume le 13 octobre 1917 à l'ordre de l'Armée :

Officier d'une rare bravoure, Chevalier de la Légion d'honneur pour faits de guerre, déjà cité 3 fois. Blessé très grièvement à son poste de combat.

Il est inhumé à la Nécropole nationale de Moosch, tombe 586.
Son nom est inscirt sur le monument aux morts d'Amiens et figure dans deux livres d'or d'anciens élèves : Janville la Malgrange (54) et Ste Geneviève de Versailles (78).

Nulle part dans ses états de service, il n'est fait mention qu'il sortait de Saint-Cyr. A la date du mars 1916, il y a déjà deux ans que François DE ROUCY a été nommé Sous-lieutenant.
Il est possible qu'il y ait une confusion avec un autre Lieutenant...