Quelques jours de congés m'ont permis de me rendre au musée Somme-1916 à Albert (80) où ont été déposés des documents concernant le Sergent Pierre GROUX. Son petit-fils me l'avait indiqué voici deux ans.

C'est l'occasion d'évoquer à nouveau Pierre GROUX et son parcours.

Quelques petites difficultés pour retrouver sa fiche matricule conservée aux archives départementales du Nord : la fiche mémoire des hommes indique le numéro de matricule 1774

la table alphabétique de la classe 1906 : 1759.

Table_alpha1906

Voyons donc à chacun de ces numéros, lequel est le bon.

Surprise : ni l'un, ni l'autre ne correspondent !

1759_millot_1906

1759 : MILLOT Joseph

1774_vatotine

1774 : VATOTINE Gaston

Après avoir parcouru 100 fiches entre 1759 et 1860 du volume, je fais appel à l'entraide du forum Génémil pour une idée. Bernard S. que je remercie, répond rapidement en m'indiquant que la fiche de Pierre GROUX est au numéro 1754. Une erreur de plume.

Pierre était ouvrier agricole lors de son recensement. Il accomplit son service au 155è RI entre 1907 et 1909. Il est nommé Caporal en 1908 et reçoit le certificat de bonne conduite.

Il fait une période de réserve au 1er RI en 1912.

Rappelé lors de la mobilisation générale, il rejoint Sedan et le 347è RI où il est affecté à la 18è Cie.

Groux_caporal

Caporal Pierre GROUX

Le 15 janvier 1915, nommé Sergent, il passe à la 24è Cie.

Il est tué le 25 juillet 1915 près de Reims et inhumé le lendemain comme le relate Raymond DEFAYE.

Il reçut la Croix de guerre à titre posthume en juillet 1919 :

Le Maréchal PÉTAIN commandant en chef les armées de l'Est cite à l'ordre du régiment GROUX Pierre, sous-officier d'une grande bravoure au feu. Tué le 25 juillet 1915 alors qu'il assurait le service de surveillance dans la tranchée de première ligne (Nord de Reims).Croix de guerre étoile de bronze.

Cx guerre 1418

Parmi les documents déposés, quelques correspondances reçues par Pierre GROUX et quelques photos de groupe, ainsi que la notification d'attribution d'une pension de veuve qui fut concédée à son épouse Lucie le 31 décembre 1919 avec effet au 26 juillet 1915.