C'est sous ce titre que furent publiés il y a cinquante ans en 1966 dans le journal l'Union, les souvenirs d'Adolphe MENU, Médecin au 347e RI.

J'ai pu prendre connaissance de ces articles lors de ma rencontre avec une des filles du Capitaine DELARUELLE aux archives départementales de l'Aisne en 2009.

Je vous propose de découvrir une première transcription du récit qui débutait il y a exactement 100 ans le 22 mai 1916 :

Le 22 mai 1916, au 347e régiment d'infanterie dont je suis médecin-chef, la nouvelle de notre prochain départ de Reims.

J'ai vu ce matin le médedin divisionnaire AUGIAS qui semble ignorer cette décision. Je reçois un nouveau médecin auxiliaire, HERSANT, qui est boiteux et épileptique. Je fais un rapport concluant à son incapacité.

23 mai

Je fais mes préparatifs. Le 5e bataillon part à 18h40 pour Champfleury.

24 mai

Je vide l'infirmerie. HERSANT est remplacé par le médecin auxiliaire TOUSSAINT qui a fait la Belgique avec le 2e RI et 6 mois de captivité comme infirmier.

25 mai

Je passe les consignes au médecin du 288e qui nous relève. Bouclage des cantines.

Départ à 22h15 par Sermier. Le 6e bataillon est parti à Mardeuil. Nous allons donc vers Epernay par Cormontreuil, Trois-Puits, Champfleury, Montchenot. Pas un traînard.

J'ai fait la route à pied. Mes souliers prennent l'eau, mes chaussettes sont boueuses. Nous remplaçons le 6e bataillon du 245e RI. Je me couche à 3h20, après son départ, dans les draps du Dr ORME, mon ancien chef de service au 245e.

26 mai

Nous allons aller à Fleury la Rivière. Il pleut. Je lave mes chaussettes. Pas de malades. Je fais un somme avant le déjeuner.

27 mai

Repos toute la journée. Température délicieuse. Je fais une promenade à cheval avec le colonel par Damery, Mardreuil, Epernay, Dizy, Cumières et Fleury. Quatre heures de cheval. Le soir nous recevons l'instruction pour l'embarquement. Couché à 21 heures.

28 mai

Dimanche. Très belle journée. Je prends quelques photos. J'ai réduit une luxation du coude.

Nous partons à 17h30 en auto par Mardeuil où l'état-major va s'installer, pour faciliter l'embarquement. Car il part avec le 5e bataillon.

29 mai

Exercices de grenades. Reconstitution de la musique sur ordre de la Brigade.

Petite promenade à Epernay. Je passe une heure chez M. HUBERT. Il pleut l'après-midi.

30 mai

Promenade à cheval à Epernay. Je rends visite à MM LEMAÎTRE et HUBERT.

31 mai

Hélène [son épouse] doit peut-être venir demain. Mais nous partons pour une destination inconnue. La Somme pensons-nous.

Pierre MERCIER vient me voir de la part de Julia MERCIER [une des filles du fondateur du Champagne Mercier et Cie].

Dans l'après-midi, M. HUBERT vient me chercher et m'emmène chez Julia qui met dans notre voiture quatre bouteilles de champagne pour la popote. Mauvaise nuit.