Avec l'aimable autorisation de la famille d'Auguste ROUX, voici un premier extrait du carnet rédigé entre le 12 décembre 1914 et le 15 février 1915.

Ce carnet était destiné à son épouse et à la famille.

14 décembre 1914

Auguste est en route pour Reims, après avoir quitté le dépôt de Saint-Nazaire. A la fin du " chapitre " il note :

[...] Mon premier chapitre est épuisé : sur mon carnet de notes et de croquis tu pourras lire plus tard ce que ton petit soldat aura vu et fait. Je te les livre toutes vives, toutes simples elles auront la saveur franche des fruits de plein vent et tout commentaire les affecterait. A demain.

[...]

16 décembre 1914

Premier jour de tranchées

[...]

Leurs obus sont tombés au milieu de ce champ de repos défonçant les caveaux, bouleversant les tombes et c’est par un trou fait dans le mur d’enceinte que je puis pénétré dans le cimetière pour gagner le boyau qui doit me conduire à mon poste.

Tu vas te demander peut-être ce que le mot boyau vient faire là-dedans. Aussi je vais te l’expliquer.

Imagine-toi un couloir de 0,80 creusé en terre et d’une profondeur de 2m au moins. Ceci est fait pour dissimuler les hommes aux regards indiscrets. Ce boyau a une longueur de 5 km au moins, c’est un véritable labyrinthe car avec ses détours et ses contours on ne sait jamais si c’est le bon car je vais te dire qu’il y en a de tous côtés. La terre est remuée partout et c’est un véritable travail de géant qu’il a fallu faire pour en arriver là. Mais après de nombreux détours nous arrivons à notre abri. (4H ½ après-midi). Là seulement je fais la connaissance avec ma nouvelle demeure. J’avais bien creusé des tranchées pendant mon service militaire, mais où sont les belles théories, les règlements étudiés mot à mot, plus rien d’utile dans tout cela car ça n’a aucun rapport avec la guerre actuelle. Il est assez difficile de faire comprendre à celui qui ne voit pas de lui-même ce qu’est une tranchée, aussi quoique je ne sois pas un fin dessinateur je vais confier au tracé la description de nos petites maisons souterraines :

Tout cela est bien combiné et bien installé. En un mot nous sommes à l’abri du froid et de la pluie et c’est déjà beaucoup. [...]

Avec l'aimable autorisation de la famille - Merci de ne pas reproduire sans autorisation