13 novembre 2010

Le Lieutenant Auguste PONCELET

Nommé en mars 1915, tel que mentionné sur le JMO du 347è RI, Auguste, Justin, Victor PONCELET est décédé des suites de maladie contracté en captivité le 19 juillet 1918 au Lazaret de Strasbourg. A la date du 21 septembre 1915, on note que le Lieutenant Auguste PONCELET commande la compagnie de mitrailleuses. Il semble qu'il fut capturé lors des combats de Thiaumont, Fleury devant Douaumont.Son nom apparaît sur la liste 222 de la Gazette des Ardennes, parmi les détenus du camp de Mayence.D'autres officiers du 347è RI figurent... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2010

11 novembre au 347è RI

Le 347è RI n'a pas cessé les combats le 11 novembre 1918 : il était dissous depuis plus de 2 ans, au mois de juin 1916.Ses hommes et son matériel avaient été répartis dans différents régiments : 348è RI, 245è RI et 320è RI.Les combats se sont poursuivis dans ces différentes unités pour les hommes du 347è RI.Certains tomberont, seront détenus en Allemagne, blessés, ou survivront. En ce 11 novembre, une pensée pour les combattants du 347è RI. Monument de Wadelincourt à la mémoire des combattants des 147è et 347è RI , 147è RIF Relevé... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2010

Le Président Henri THOMASSIN

Les recherches sur le 347è RI, en marge de celles concernant le 147è RI, m'ont amené à trouver trace d'une amicale des anciens de ces régiments.Son existence est confirmée par quelques documents conservés à la Société d'histoire et d'archéologie de Sedan (SHAS), par la presse locale qui indique que son Président, H. THOMASSIN, assistait aux funérailles des anciens. Le nom du Président figure aussi au pied du monument situé dans le cimetière de Wadelincourt à la mémoire des anciens des 147è RI, 347è RI et 147è RIF.Henri THOMASSIN... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2010

Blessures et promotions

Du 13 au 19 mars 1915, les relèves suivent les relèves.Extraits du JMO du 347è RI : Le 13 mars, de 11 à 12 h violent bombardement des tranchées occupées par le 347è : 600 obus. Un homme de la 23è Cie est blessé par balle à l'épaule.Le train régimentaire quitte Montchenot pour Villedommange. 14 mars : au cours d'une relève un homme de la 18è Cie est blessé par balle au genou. 17 mars : 2 hommes de la 21è Cie sont blessés par balle. 18 mars : le Sous-lieutenant PONCELET est nommé Lieutenant à titre temporaire, l'Adjudant-chef HAAS,... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 octobre 2010

Reims la Maladrerie : ma maison

18 juillet 1915Je me suis débrouillé à fond pour les permissions. Je devais partir le premier. MENU [le Médecin chef] a trouvé cela outrageant et a fait partir le médecin auxiliaire à ma place. Je pars par la rue de la Maladrerie le remplacer pour 8 ou 15 jours. Au fond se trouve le cimetière de l'Est contre le hangar de tramway. Devant la rue de la Maladrerie.Ma maison est la seule qui n'a rien.Celle à côté occupée par les brancardiers fut touchée mais a été arrangée. Au point de vue protection, zéro. Les balles même rentrent chez... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 octobre 2010

Le Soldat Alfred DELOT

Hervé de la SHAS a déniché la trace d'un soldat du 347è RI sur le blog des cybergénéalogistes de Charente poitevine (CGCP). J'ai tenté sans succès d'entrer en contact avec le CGCP pour reproduire le petit texte concernant le Soldat Alfred DELOT.Alfred DELOT fut parrainé par les élèves de Taizé-Aizie (oeuvre du filleul). Les enfants et lui échangèrent une correspondance. Chacune de ses lettres était lue en commun dans la classe.Ses parrains lui envoyèrent quelques menus colis et également des mandats.Alfred DELOT, originaire du Nord,... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2010

Le Soldat Robert Lucien DESCHAMPS

7 hommes furent victimes de l'imprudence de l'un de leurs camarades qui manipulait des grenades. Parmi eux il y eut le Soldat Lucien Robert DESCHAMPS (l'ordre des prénoms n'est pas certain) qui fut blessé au cours de cette imprudence en novembre 1915. Lucien DESCHAMPS est décédé le 8 juin 1916 à Douaumont. Il allait avoir 37 ans. Lucien DESCHAMPS, ouvrier typographe avant la guerre, laissait une veuve et deux enfants de 10 et 13 ans.Son nom est inscrit sur le monument aux morts du 6è arrondissement de Lyon. Merci à Yannick... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 septembre 2010

L'état des hommes en juin 1915

Hier soir vu quelque chose de très bizarre. La messe servit par un soldat curé, servi par un autre curé. Comme autel ; 3 tonneaux, une planche, dessus un drap et le tout à l'avenant. Comme église, une cave. C'était impressionnant. Aujourd'hui j'ai crié pour le cantonnement qui était sale après revue de santé. Remarque : les hommes sont robustes et bien portant, moyenne 30 à 35 ans. Sont capables de faire un gros effort mais pas de monter à l'assaut L'âge est là et ils sont poussifs. [...] Avec l'aimable autorisation de Gilles ... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2010

Le Docteur François DUNAN

Journées européennes du patrimoine 2010 : Musée de l'héritage à... St Pierre et Miquelon.Hervé (la Sorille) en parcourant le net me signale une page sur un médecin, affecté pendant la Grande Guerre au 347è RI : le Docteur François DUNAN.Né en 1884 à Nice, il fit ses études Médecine à Lyon et à Paris. Il est décédé à St Pierre en 1961. Son acte de naissance peut-être consulté sur le site des archives départementales des Alpes Maritimes.Il servit au 347è à partir de septembre 1915 ; son nom n'apparaît plus sur l'organigramme de... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 septembre 2010

Faire sentir ses galons

27 juin 1915 |...] Hier lundi mon médecin-chef m'a fait sentir certaines choses qui m'ont fort déplu. Le régiment est une lutte âpre au galon et dégoûtant. On vous fait sentir de façon outrageante ses galons. Je vais donc hier samedi en ville. Je rentre au bout d'une heure. Le médecin-chef m'appelle. Il me déclare que j'étais sous-officier et comme quoi il m'interdisait de quitter le cantonnement sans un mot de lui.Que voulez-vous ! Moi assimilé officier par mon école, on me traite comme le dernier. Un soldat de 2è classe est plus... [Lire la suite]
Posté par dunbarne à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]